Actualités

La marche vers le développement économique du Bénin: est-elle de l’avant ou à reculon?

Quelques jours après avoir réceptionné les sites et lancé les travaux de construction des usines agroalimentaires par l’Etat, l’on est en voie de relever des inquiétudes et de se poser des questions :

  • suite à la visite de l’ambassadeur de l’Inde au chef de l’Etat dernièrement, ce dernier a demandé à l’ambassadeur d’envoyer des ingénieurs pour le montage des six usines agroalimentaires. Pendant que le ministre Sabaï Katè a promis que les unités seront prêtes dans trois mois, le Chef de l’Etat en est encore à demander des spécialistes que l’Etat indien prendra son temps pour envoyer. C’est à croire qu’il n’y a pas d’ingénieurs capables de le faire sur le territoire national.
  • chacune des usines a une capacité de production journalière de 500kG. Disposons-nous suffisamment de matières premières (tomate, ananas, orange, mangue, noix de cajou et pomme de cajou) pour que ces usines puissent fonctionner toute l’année afin de couvrir toutes les charges dont elles feront face ? Comment sera la concurrence alors que des unités ou usines  privées existent déjà et peinent à se retrouver ?
  • il faudra environ 300 millions de FCFA par usine, soit environ 1,296 milliard de francs Cfa pour construire les six unités. Mais qu’il vous souvienne que quelques-unes des usines du temps révolutionnaire qui ont pu résister à la vague de privatisation et trainant encore les séquelles de leur ancrage dans le secteur public sont à compter au bout des doigts. Parmi celles privatisées, nous avons : la société sucrière de savè (SSS), la société des huileries du bénin (SHB), office nationale du bois (Onab), l’outil industriel de la sonapra, etc. Elles montrent simplement que l’Etat béninois est un mauvais entrepreneur.

A moins de mettre en place une gérance purement privée, les usines en question n’ont aucun avenir, sauf à devenir bientôt les vrais éléphants blancs du régime Yayi.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité