Le Warrantage ou crédit stockage auprès des organisations paysannes

soja

Le warrantage aussi appelé crédit stockage est un système de crédit rural qui consiste pour une organisation paysanne à obtenir un prêt en mettant en garantie leur production susceptible d’augmenter de valeur. Le prêt permet au producteur de subvenir à ses besoins vitaux sans brader sa récolte.

Quels sont les objectifs du warrantage ?

  • Eviter que le paysan vende ses récoltes au moment où elles sont très moins chères ;
  • Permettre d’accéder à un crédit.

Pour se faire, 3 acteurs clés interviennent pour un bon fonctionnement du système :

  • Le producteur qui a besoin du crédit,
  • L’entreposeur qui stocke le produit après avoir effectué les traitements adéquats pour un bon stockage. Il délivre le récépissé appelé warrant qui certifie le type de produit (quantité, date de stockage, date de traitement, propriétaire du produit, etc).
  • L’institution émettrice du prêt.

Le warrantage s’applique aux produits qui ont une saisonnalité importante. Car la différence des coûts permet de soutenir les charges de stockage et autres. Ce type de financement agricole est beaucoup plus développé dans les pays sahéliens puisque ces derniers n’ont qu’une seule saison. Le Bénin quant à lui a deux saisons ; c’est-à-dire deux régions productrices de produits agricoles que sont le Nord et le Sud. Par conséquent, au Bénin, le warrantage s’applique à des produits tout en assurant qu’au moment où les prix montent au Nord, qu’il n’y est pas une récolte au Sud et vice versa.

Quels sont les avantages du warrantage ?

Pour l’institution de microfinance :

  • Le warrantage permet la protection contre le risque,
  • il permet le lissage des variations saisonnières des prix. Ce qui incite les producteurs à participer au système. Cela crée d’ailleurs des chaines d’approvisionnement plus courtes et plus compétitives.
  • La garantie ici c’est le stock et non une garantie foncière avec tous ses corollaires. Ici le stock peut être converti facilement en liquidité.

Pour l’agriculteur, ce système :

  • permet aux petits producteurs de différer la vente de leur récolte ou marchandise. Ce qui leur permet d’avoir de la liquidité pour une nouvelle saison ;
  • permet la transparence des prix. C’est  à dire que ces paysans ne subissent plus les prix mais ont la largesse de les fixer selon la période ;
  • contribue à la sécurité alimentaire ;
  • garantit la quantité et la qualité des produits agricoles. Les pertes post récoltes sont maitrisées.

Quels sont les limites ou inconvénients du warrantage ?

Pour le producteur :

  • ça favorise la spéculation des produits,
  • les mauvaises techniques de stockage peuvent lui entrainer une perte énorme,
  • le transport des marchandises pour l’entrepôt leur revient cher.

Pour l’institution de microfinance, le système ne fonctionne que si les entrepôts sont sûrs.

Quels sont les facteurs clé de succès de ce système ?

  • la fiabilité de l’entrepôt,
  • les économies d’échelle : plus les entrepôts sont importants, plus le coût de suivi baisse,
  • il faut une méthode appropriée de fixation des prix,
  • il faut un effort permanent de formation et d’information de tous les acteurs,
  • la bonne gouvernance,
  • le professionnalisme des organisations paysannes,
  • une bonne communication,
  • il faut une bonne réglementation.

Comme impact social de ce système, nous pouvons citer entre autre :

  • le renforcement du tissu associatif,
  • l’évolution de la place des femmes dans la société,

En termes d’innovation, on peut citer :

  • la diversification des partenaires financiers,
  • le renforcement des partenariats avec les systèmes financiers décentralisés (ceux sont les institutions de microfinances),
  • l’autonomisation des organisations paysannes,
  • la pérennisation des pratiques culturales.

Quelles sont les contraintes de ce système ?

  • les mauvaises récoltes dues à une mauvaise pluviométrie,
  • le retard dans la mise à disposition du crédit par les systèmes financiers décentralisés,
  • l’insuffisance d’infrastructures de stockage propres aux organisations paysannes,
  • le taux élevé d’analphabétisation des membres de ces organisations paysannes.

En somme, il faut instaurer une approche plus égalitaire dans l’accès à ce type de financement et le rendre plus accessible aux plus démunis. Cela permettra au bénin de lutter efficacement contre l’insécurité alimentaire et cela va promouvoir l’autosuffisance alimentaire. Rappelons que le warrantage ne concerne que les produits végétaux notamment les céréales.

Laisser un commentaire