Recrutement du personnel des six usines agroalimentaires ?

La construction des usines agroalimentaires lancée depuis septembre 2011 initialement prévue pour une durée de trois mois a connu finalement son aboutissement en 2013. Rappelons que chaque usine peut traiter 500kg de matières premières par heure. Au total 06 usines agroalimentaires sont concernées :

  1. La commune de Bantè : usine de transformation de la pomme de cajou en alcool ;
  2. La commune d’Allada : usine de transformation de l’ananas en jus ;
  3. La commune de Kpomassè : usine de transformation de la tomate en purée ;
  4. La commune de Zakpota : usine de transformation des oranges en jus ;
  5. La commune de Natitingou : usine de transformation des mangues en jus ;
  6. La commune de Parakou : usine de transformation des noix de cajou en amandes.

Pour que ces usines puissent bien fonctionner, il faut un personnel qualifié, ce qui suppose un processus de recrutement transparent. A qui confié ce recrutement afin qu’il soit aussi transparent que l’eau de la roche ?

a-      Est-ce au Ministère de l’Industrie et du Commerce (MIC) puisqu’il s’agit des usines par conséquent des industries ? Rappelons que par exemple les usines textiles qui sont sous la tutelle de ce ministère peinent à survivre.

b-      Est-ce au Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) puisqu’il est question du secteur agricole par conséquent de l’agriculture ? Rappelons que par exemple le dossier coton continue de faire couler d’encre ; que les filières retenues dans le Programme Stratégique de Relance du Secteur Agricole (PSRSA) peinent à retrouver leur lettre de noblesse.

c-       Est-ce au Ministère du Travail et de la Fonction Publique (MTFP) puisque c’est le seul ministère qui gère la carrière des agents de l’État ? Rappelons que les usines gérées par l’État finissent par devenir des éléphants blancs : cas de la brasserie de Djimè.

d-      Est-ce au Programme de Promotion de la Mécanisation Agricole (PPMA) puisque c’est lui qui gère le suivi et l’exécution des travaux ?  N’oublions pas qu’un programme n’est pas ad vitam aeternam, ce qui n’est pas le cas pour une usine.

e-      Ou bien faut-il que l’État se désengage très tôt en faisant venir des actionnaires qui s’occuperont du recrutement et de la gestion du personnel ?

Par ailleurs, est-ce un personnel saisonnier ou permanent ? Puisque je me demande quelles quantités de ces différentes matières premières sont produites au Bénin pour que ces usines puissent fonctionner toute l’année tout en traitant par heure 500kg. D’ailleurs, a-t-on fait tout au moins une étude technique ?

De plus, loin d’être le secteur achat-vente, avec un faux pas dans le secteur agroalimentaire, on ferme aussitôt les portes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous assistons à de nombreux éléphants blancs dans ce secteur. Aussi à ma connaissance, avant le démarrage de tout projet, à l’étape de business plan, on sait déjà le personnel qu’il faut, leur qualification, leur profil. Mais ici tout parait encore flou.

Dans tous les cas, Béninois que nous sommes, étant habitués aux scandales de malversation et de corruption dans notre chère patrie, wait and see la fin du feuilleton : installation et démarrage des six usines agroalimentaires.

Laisser un commentaire