Actualités

Manger: un plaisir ou une contrainte ?

Par définition, la ration alimentaire est la quantité journalière d’aliments qui doit assurer à un individu son besoin énergétique. Et ça les Béninois savent très bien le faire : du pain et ses dérivés en forte dose (adôwè par exemple), le riz, le niébé, du haricot, la pâte de maïs (par exemple pâte de maïs au crincrin ou gombo avec moutarde et sans viande ni poisson) et autres tel se présente souvent le menu dans les ménages. Mais combien de nos concitoyens savent que le pain consommé tous les jours contient du bromure de potassium à faire attraper plus tôt les cancers sous toutes les formes ? Les cubes ou bouillons contenant fortement du glutamate largués à grand renfort médiatique dans nos marchés et boutiques au point où les femmes ne peuvent plus s’en passser lors de la cuisine : je ne saurai faire des omelettes tant que je n’y ai pas mis du cube a confessé une femme. Les sardines, les poulets « morgues » et des liqueurs frelatés servis lors des manifestations et cérémonies ; des produits maraichers, du maïs et des cossettes d’igname à dose meurtrière de pesticide pour coton. Macabre tableau d’une assiette garnie avec du poison en abondance pour ces citoyens qui ne demandent qu’à survivre avant de vivre.

Et d’ailleurs les statistiques de l’Organisation Mondiale de la Santé en disent long :

  • 63% des décès dans le monde sont dus aux maladies non transmissibles (MNT) : diabète, les maladies respiratoires chroniques, les cancers, les maladies cardiovasculaires ;
  • 25% sont des décès prématurés (moins de 60ans) et pourraient être évités ;
  • Près de 90% de ceux qui meurent prématurément de MNT vivent dans les pays à revenus faibles comme le Bénin ;
  • 28% des décès en Afrique sont dus aux MNT.

Alors que la médecine fait de plus en plus de progrès, pourquoi la planète terre devient-elle un gigantesque hôpital ? Or il y a 50ans, on entendait à peine parler de cancer en Afrique ! Pourquoi le mal se propage-t-il à une vitesse effarante sur notre cher continent ? Pourquoi cela ? Il faut chercher du côté de nos habitudes alimentaires.

C’est au vue de cela que madame Danielle Pliya Tévoédjrè : secrétaire générale de la Ligue pour la Défense du Consommateur au Bénin (LDCB) et présidente du Centre Africain de Nutrition et de Naturothérapie Appliquée se veut le devoir de proposer aux concitoyens la formule NEMDI afin de réduire les dégâts. Cette formule consiste à manger NEMDI qui signifie :

N= Naturelle

E= Equilibrée

M= Mesurée

D= Digeste

I= Individualisée

Sachez-le, la santé vient en mangeant bien et manger doit être plus qu’un plaisir et non une contrainte : Comer para vivir y no vivir para comer.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité