Les oranges meurent au Bénin

Oranges pourries

A environ 30 km de Bohicon en allant à Dassa, je retrouve une vingtaine de sacs de 100 kg d’oranges déversées de part et d’autre de la route. Après une petite enquête, il s’est fait que ce producteur n’a pas trouvé de marchés d’écoulement. Il a donc préféré tout laisser pourrir malgré qu’il ait déjà fait le plus gros boulot: celui de la cueillette et du rapprochement des oranges au bord de la route.

Les pertes post-récoltes ne manquent pas chaque année. Mais pour cette fois-ci, la production d’orange a connu de beaux jours à cause de la bonne pluviométrie. Ce qui fait que le prix de l’orange a drastiquement chuté au point où le sac  de 100 kg d’orange se vend à 2000 à 2500 FCFA.

Prenez également le tronçon Bohicon-Ouinhi et vous verrez combien les pertes sont énormes cette année. Or chose paradoxale, les paysans ne cessent d’augmenter chaque année les plantations d’orangers.

Entre temps, l’usine de transformation de jus d’orange installée à Zakpota et réceptionnée en grande pompe par le gouvernement de YAYI Boni (lors de son 2ème mandat) peine à ouvrir ses portes. http://www.agrobenin.com/recrutement-du-personnel-des-six-usines-agroalimentaires/

Dans quel pays sommes nous? Que doivent faire les producteurs?

Vivement une bonne usine de transformation agroalimentaire de production de jus d’oranges et autres dérivés pour le bonheur des producteurs d’oranges afin de ne plus connaitre ces nombreuses pertes post-récoltes au Bénin.

Laisser un commentaire