Gérard Athissou: fabriquant de couveuses

Gérard Athissou est un jeune togolais âgé de 23 ans, après obtenu son BAC D en 2012, il a poursuivi ses études en faisant son entrée à l’Université de Lomé. Après avoir passé 3 ans à la faculté de médecine, il a décidé de se lancer dans l’entrepreneuriat.
Un revirement de profession qui a surpris plus d’un. Comment a-t-il débuté? Où en est-il aujourd’hui?

Celui qui redonne vie aux réfrigérateurs hors d’usage.

« Par un simple montage, nous transformons les frigidaires et congélateurs hors usage en couveuse (incubateur d’œufs) », a-t-il confié. Une histoire unique de réussite entrepreneuriale que Gérard est prêt à partager avec toute la jeunesse togolaise et africaine.

Le lancement : une vague de 200 pondeuses

En 2014, j’ai décidé de lancer une vague de 200 pondeuses. Alors je n’ai pas hésité à vendre ma moto, ce qui m’a rapporté 280.000 XOF. Aussitôt, j’ai investi une partie de cet argent dans la construction d’un enclos qui m’a coûté 50.000 XOF puis j’ai commandé 200 sujets de poussins pondeuses à hauteurs de 170.000 XOF. C’est ainsi que ma ferme vit le jour le 27 Mai 2015. Pour nourrir mes poussins, j’ai dû travailler comme aide-chauffeur dans un camion durant 6 mois. A partir du 6 novembre 2015, les poules étaient au pic. A partir de cet instant, la vente des œufs de la ferme me rapportait un bénéfice net de 35.000 XOF par mois.

L’ambition: la vague de 600 pondeuses

Au bout de 14 mois, j’ai pu épargner assez d’argent (900.000 XOF) pour contracter un prêt de 2.700.000 F CFA auprès de « Meca Microfinance » en janvier 2017.
En Avril 2017, j’ai vendu ma première vague de poules pondeuses afin de libérer l’enclos pour ma nouvelle commande de 600 poussins arrivés le 2 février 2017. Afin de solder les dettes, j’ai dû vendre en décembre 2017 toutes les poules de la seconde vague. Le 23 février 2018, j’ai relancé une vague de 200 pondeuses cette fois-ci par autofinancement comme au début.
Ces 200 pondeuses sont entrain de pondre actuellement 6 plateaux d’œufs par jour. Un plateau d’œufs contient 30 œufs. Et, il y a moins d’une semaine j’ai effectué auprès de mon fournisseur basé à Kpalimé une nouvelle commande de 300 pondeuses qui seront là d’ici la fin de ce mois d’Août.

Le bilan

Grâce à mes activités, j’ai pu devenir financièrement autonome et j’ai réalisé avec ma première vague de 200 pondeuses un bénéfice net de 800.000 F CFA sur une période de 24 mois. Malgré que je n’eusse pas reçu une grande formation dans le domaine, mon taux de ponte tourne toujours autour de 98% et aujourd’hui, je suis même sollicité pour intervenir dans d’autres fermes pour résoudre leurs problèmes de pontes. Ma ferme est située au Togo, à Agodékè après Avépozo (15 km au nord-est de Lomé).

La GEMA Couveuse

En décembre 2017, lorsque j’étais en intervention sur une ferme à Badja, un burkinabé est venu livré une caisse à l’intérieur de laquelle il n’y avait qu’une résistance chauffante servant à produire de la chaleur: c’était une couveuse.

Très étonné, je me suis mis par la suite à méditer sur un milieu propice à conserver la chaleur produite par des lampes chauffantes et mon choix s’est porté sur les réfrigérateurs abandonnés. Quelques semaines plus tard j’ai fait un essai, en montant ma propre couveuse, ceci grâce à des recherches, ce qui a été une réussite. J’ai couvé quelques œufs fécondes puis j’ai obtenu des poussins au bout de 21 jours. C’est ainsi que j’ai décidé de commercialiser mes couveuses made in Togo. C’est depuis ce moment que nous transformons les réfrigérateurs  et congélateurs hors usage en couveuse (incubateur d’œufs).

Combien peut-on gagner?

Avec un incubateur d’une capacité de couvaison de 600 œufs, on peut obtenir un bénéfice brut d’au moins 100.000 XOF. Je m’explique, de nos jours, la boîte de 50 poussins d’un jour issus de nos poules locales coûte 35.000 XOF soit au minimum 500 F le poussin. Si nous supposons que les frais d’électricité sont de 100 XOF par œuf, l’œuf incubé ayant coûté lui-même 100 XOF, on devrait dépenser sur 21 jours 200 XOF par poussin soit 120.000 XOF au plus. Avec un taux d’incubation de 75%, le revenu serait de 500 F/œuf * 600 œufs * 75 % = 225.000 F CFA ; soit un bénéfice net de 105.000 XOF en moins d’un mois.

NB: XOF = Franc CFA

Source: AGRIDIGITALE

Laisser un commentaire