Protégez l’eau, c’est protéger la vie et son essence

Béninoises et Béninois, mes chers compatriotes,

Ce jour 22 Mars 2017 est la journée internationale de l’eau. Protégez l’eau, c’est protéger la vie et son essence. Nous sommes confrontés à l’anthropocène et aux défis de notre propre extermination. La Noosphère de Vednasky (l’intelligence économique et technologique) demeure le point angulaire de la problématique d’accès à l’eau. Cette ressource constitue le point central des plus grands conflits de l’histoire de l’humanité, et fait l’objet des géo-conquêtes stratégiques mettant en jeux des défis géopolitiques de taille.

La péjoration pluviométrique accentue de nos jours les conflits liés à l’eau et porte préjudice sur les rendements agricoles et la sécurité alimentaire.

La forte portée des migrations climatiques internes et frontalières au Bénin est majoritairement liée à la rareté de l’eau douce et à la baisse pluviométrique.

Face à ces grands défis qui interpellent la conscience sociale, nous nous indignons de demeurer indifférents à la problématique d’une ressource aussi sensible pour la communauté qu’est l’eau. Le Bénin fait beaucoup d’efforts depuis l’arrivée du Président Patrice Talon pour l’accès à l’eau, et nous rendons hommage à ce grand spécialiste à la tête de la SONEB qu’est le Dr Babalola David, qui a toujours été pratique et efficace. Candide Armand-Marie Azannai, Pascal iréné Koukpaki, Joseph Djogbenou, Abdoulaye Bio Tchané, vous avez la responsabilité historique d’opter pour la défense du mieux vivre des populations dont l’eau douce. Le pas supplémentaire à faire désormais sera l’amélioration de la qualité de cette ressource que nous consommons, et qui peut faire l’objet d’une intoxication chronique aux pesticides organochlorés, aux métaux lourds, aux hydrocarbures aromatiques polycycliques, aux biphénols A, aux phtalates. Que les boulangers de Cotonou cessent d’user du Bromate de Potassium très dangereux pour croustiller le pain, alors que c’est hautement cancérigène et endommage le système nerveux (interdit pour la consommation humaine). Cela va de l’intérêt de la santé des populations.

Nous recommandons aux populations d’utiliser des filtres de sédimentation gravitaires en argile pour débarrasser une bonne partie des résidus de métaux. L’eau devra être gérée de façon intégrée, efficace et efficiente pour l’agriculture, l’alimentation, et l’industrie. Les femmes doivent être impliquées car elles sont les potentielles bénéficiaires finales. Le recours à l’eau souterraine s’impose de nos jours pour répondre aux attentes illimitées de la démographie galopante et de la rareté de l’eau douce. La salinisation permanente des eaux douces côtières Ramsar d’intérêts internationaux au sud du Bénin du fait de la transgression marine nous interpelle. L’eutrophisation imposante des lacs et lagunes caractérise la hausse de la demande carbonique en oxygène de nos lacs, et met en jeux la perte d’énormes espèces aquatiques sur nos côtes. La prolifération au Bénin des espèces de la famille des Combrétacées et de Mimosacées depuis quelques années est indicatrice d’une ambiance sahélienne en pleine zone tropicale, matérialisée par un bio-changement climatique.

Par conséquent, la rareté de l’eau, et la forte aridité induisent un déséquilibre de la niche écologique de plusieurs espèces continentaux en Afrique Subsaharienne et au Bénin. Cette situation favorise de nos jours l’invasion céréalières des chenilles dans la sous-région Ouest-Africaines.

D’énormes défis sont à relever en terme d’agriculture durable, de sécurité alimentaire, de pauvreté, et même de foncier rural où nous observons de plus plus la convoitise des terres agricoles par des étrangers. Les pollinisateurs en général et particulièrement l’abeille et les papillons disparaissent aux yeux de tout le monde. Sans pollinisation, et sans eau :pas de rendement agricole, et beaucoup plus d’exode rural, moins de cultivateurs, par conséquent moins d’importantes denrées alimentaires, moins de circuit court, et pas d’économie circulaire.

Pensons-Y.

Enagnon Brice Sohou
The Hugo Observatory for Environmental Migration

Lame d'eau annuelle écoulée au Bénin.

Laisser un commentaire