Les acariens mettent à mal la révolution verte au Benin

L’autosuffisance et la sécurité alimentaire passent forcément par le développement du secteur agricole et agroalimentaire. Au rang du secteur agricole, nous avons la production animale et la production végétale. Depuis l’avènement du régime Boni Yayi et de la crise alimentaire de 2008, la production animale connait un essor. Mais cet essor a des répercussions négatives sur la production végétale.En effet, les acariens issus de l’élevage des volailles attaquent les cultures maraichères spécifiquement les plantes de la famille des solanacées empêchant les plantes de connaître la floraison. C’est une famille de plantes qui a une grande importance économique. En sont issus bon nombre de légumes et de fruits tels que :

  • Pomme de terre,
  • Tomate,
  • Aubergine,
  • Physalis,
  • Piment,
  • Poivron,
  • Lyciet commun.

Ce phénomène est surtout constaté dans la zone sud méridionale du Bénin surtout dans les environs de la commune de Pahou. « C’est pour la première fois depuis près de 10 ans que je fais le maraîchage que je vis ce phénomène » a martelé M. Camille TOHOZIN, un fermier de la commune d’ Agbanhizou. En fait, ces maraîchers, soit font le maraîchage à proximité des poches d’élevage, soit utilisent les fumiers issus de ces élevages. Ce qui facilite l’action des acariens.
Le drame est que les pesticides, insecticides, herbicides, fongicides ou acaricides ont prouvé leur limite face à ce phénomène.
Que faire donc face à cet état de chose si tant est que la révolution verte s’avère incontournable ?
Que faire à l’ère de la production des produits biologiques, gage d’un développement durable ?

Laisser un commentaire